Solidarité forcée

Chargé de recrutement

Mission 1: Recrutement de personnel.
– Sourcing : recherche de candidats sur les différents supports selon les profils recherchés (jobboards, annonces passées, réponses, candidatures spontanées)
– Pré -sélection téléphonique et convocation aux entretiens
– Réaliser les entretiens individuels et tests techniques.
– Relance de candidats inscrits au sein du groupe pour mise à jour des candidats disponibles et relance spécifique en fonction des commandes actives puis prise de RDV
– Diverses tâches administratives : classement des CV et candidatures de l’agence…
Mission 2 : Gestion des annonces
– Diffusion d’annonces sur les sites.
– Détection des sites en synergie avec les métiers de l’agence

Personnalité : Sens du service, réactif, rigoureux, excellent relationnel, polyvalent et sachant gérer ses priorités.

Cher camarade stagiaire,

Le monde est sans queue ni tête, n’est-ce pas. Etant toi-même stagiaire en recrutement, te voici en train d’assurer ta propre succession. Le futur stagiaire fera de même à son tour dans six mois, et ainsi de suite. C’est un peu comme être à la recherche du remplacement de soi-même, et j’imagine à quel point ce doit être difficile à vivre. Je suis là si tu veux te confier, si toutefois tu en ressens le besoin. En tout anonymat, tu peux également t’adresser au collectif Génération Précaire, il t’offriront un masque blanc pour défiler dans la rue et crier ta colère. Je me souviens également qu’il existe, au sein des universités, des cellules de conseil et de crise en cas de surmenage lié au travail en entreprise. Personnellement à une certaine époque, je dessinais sur un papier, pour me soulager, les plans de l’open-space en couleurs. L’art exorcise les angoisses, parfois.

Par simple curiosité, j’aimerais savoir, si toutefois tu veux bien me répondre malgré la pression hiérarchique et l’espionnage probable des mails, comment se passe un entretien de stagiaire à stagiaire. S’agit-il d’une forme de miroir douloureux ou bien prends-tu plaisir à mener cet entretien en dissimulant ton statut ? J’imagine que le service des ressources humaines ne permet pas une telle liberté et que tu dois porter le masque du recruteur impitoyable, malgré ta compassion évidente face au camarade stagiaire.

Entrons davantage dans le vif du sujet, puisque je suis moi-même en train de postuler à cette offre de stage. Je t’avouerais à première vue que cette annonce n’est pas franchement en lien avec mes études de cinéma, malgré mes expériences de casting. La première mission consiste à faire du « sourcing » : s’agit-il d’un anglicisme désignant la recherche de sources ? Je trouve ce mot un peu laid, mais je veux bien croire qu’il existe. Je dois t’avouer que je ne comprends pas grand chose à la suite de la liste, mais je veux bien faire un effort si tu m’aides à y voir plus clair. Par ailleurs, comme le salaire n’est pas précisé, je me demande s’il est à 30% du SMIC comme tous les stages, ou si ton entreprise a décidé d’augmenter la gratification sans attendre la prochaine loi.

Pour finir, je t’avoue que le profil recherché correspond, il me semble, exactement à ma personnalité. Ayant été serveuse dans plusieurs établissements, on peut dire que j’ai le sens du service. J’imagine que ce trait de caractère fait référence au service de café, qui n’a plus aucun secret pour moi après des années d’expérience. Je sais également faire des photocopies, acheter le papier toilette le moins cher sans oublier de demander les factures au Monoprix.

En revanche, la dernière formule m’interpelle : il faut savoir « gérer ses priorités ». Excuse-moi, mais je ne comprends pas de quelles priorités il est question dans le cadre de ce stage. S’agit-il de faire du stage une priorité ? Personnellement, mes priorités actuelles seraient de me nourrir, de m’habiller, et de pouvoir aller au cinéma. Autant dire le minimum vital. Entre nous, si le travail était une priorité, je pense que nous serions vite devenus des robots sans âme, non ? J’espère à ce titre que tu ne m’enverras pas de réponse automatique.

Cher camarade stagiaire, je te souhaite bien du courage. J’espère que ma lettre de motivation t’aura réchauffé le coeur un instant, et n’hésite pas à me contacter si mon profil t’intéresse. Et surtout, n’oublie pas : Tiens bon ! On finira bien par les avoir !

Amicalement,

Sara Fistole.

Une réflexion au sujet de « Solidarité forcée »

  1. Enorme ! Ça me rappelle un entretien que j’ai passé pour un stage avec… une stagiaire ! Tellement absurde !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *